Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Thread Contributor: bibifric05Réglages de base ?
#11
Oui et? Je ne vois pas la différence avec Lr dans ce cas, tous les modules ou outils sont bien dans l'onglet de droite ou il est nécessaire de les déplier et chercher pour activer les bons. Si tu parles des réglages de bases tu peux utiliser le module [contraste lumière saturation] qui fait affaire dans bien des cas. Note aussi que les modules restent ouvert si tu veux, donc dans le panneau de droite place [contraste lumière saturation], [recadrer pivoter], [contraste local] et tu as la base. Avec un peu de pratique tout cela devient naturel.
--
Pascal - GNU/Debian (sid) - version darktable git/master
http://photos.obry.net
#12
(29-12-17, 12:36)bibifric05 a écrit :
(29-12-17, 11:37)Thierry67 a écrit :
Citation :Sinon, vous ne pensez pas que les modules gagneraient à être réorganisés ? Ce n'est pas très productif tous ces modules qui partent dans tous les sens pour faire les cinq réglages de base...

C'est simple il suffit de mettre les modules les plus utilisés dans l'onglet favoris (l'onglet avec une étoile). Dans la liste des modules 1 clic activation du module, un 2iem clic le met dans les favoris.

Moui... Ça fait toujours 7 modules à triturer...

Je fais beaucoup de photos, il est très rare que je triture 7 modules.
Par défaut à l'import, toute une série de choses sont faites en fonction de mes réglages personnels sur une valeur moyenne.  
Courbe de base, accentuation, colorimétrie, contraste local, velvia, correction des objectifs, réduction du bruit iso.

Une majorité de photos sont déjà bonne rien qu'avec cela sans rien faire.

Après j'ai des styles, n&bl, paysages, portraits, soirées, architecture, etc...
Là encore il suffit d'un clic pour activer les styles sur des séries de photos.

Et donc en général je n'ai pas grand-chose à faire sur une photo, éventuellement corriger la balance des blancs, utiliser le module luminosité, contraste, saturation et éventuellement le module niveau et si utile utiliser le module courbe de base pour étendre la dynamique d'une photo. 

Donc en gros 2 à 4 modules max.
Luc Viatour Photographe 
Website
#13
(29-12-17, 13:10)LViatour a écrit : Et donc en général je n'ai pas grand-chose à faire sur une photo, éventuellement corriger la balance des blancs, utiliser le module luminosité, contraste, saturation et éventuellement le module niveau et si utile utiliser le module courbe de base pour étendre la dynamique d'une photo. 

Donc en gros 2 à 4 modules max.

Eh bien, moi je ne travaille pas du tout comme cela... Je fais un editing serré et chaque photo est retouchée individuellement. Donc je commence par les réglages de base (qui sont dans un  seul module chez LR), puis je fais les retouches locales au pinceau (sélection de la zone et application des réglages qui conviennent). Puis j'applique la netteté et éventuellement la réduction de bruit. Je termine souvent par un vignettage, mais pas toujours.

En gros, il me faut entre 10 min et 3/4 heures (voire plus) par photo. Certaines photos ont des dizaines de correction locales. C'est comme cela que l'on travaillait au labo autrefois...

Dans Darktable, j'apprécie la puissance de certains outils, mais l'organisation des modules manque de cohérence... Et pour moi, le principal défaut reste le fait de penser à l'envers : il faut choisir un module et sélectionner la zone sur laquelle le module va travailler. Puis choisir un autre module et rappeler le masque créé précédemment...

Dans tous les autres logiciels que j'ai pu tester (DXO, PhaseOne, Lightroom, etc.), c'est bien la logique inverse qui est utilisée : on choisit une zone et on applique ensuite sur celle-ci les corrections que l'on souhaite...

Bon, tous ces défauts se corrigeront au fil du temps, j'en suis sûr... Je me rappelle un temps où l'interface de Gimp était contre-productive et puis cela a fini par changer... Suffit d'être patient...
#14
> En gros, il me faut entre 10 min et 3/4 heures (voire plus) par photo. Certaines photos ont des dizaines de correction locales. C'est comme cela que l'on travaillait au labo autrefois...

Oui, je fais aussi cela de temps en temps mais pour les photos que j'imprime. Je ne peut pas me permettre de faire cela sur toutes mes photos Smile

> Dans tous les autres logiciels que j'ai pu tester (DXO, PhaseOne, Lightroom, etc.), c'est bien la logique inverse qui est utilisée : on choisit une zone et on applique
> ensuite sur celle-ci les corrections que l'on souhaite...

Est-ce mieux? Pour toi, peut-être pour tout le monde, je doute. Un logiciel vient avec sa logique, il faut prendre au passer à autre chose. Comme on l'a dit plusieurs fois ici, il faut réaprendre et changer son flux pour bien travailler avec un logiciel. Comparer n'est que rarement une bonne idée Smile

> Bon, tous ces défauts se corrigeront au fil du temps, j'en suis sûr...

Et bien là je peux te dire qu'il y a de grande chance que non. D'abord parce que ce que tu appelles défauts n'en sont pas pour d'autres et que le module comme premier élément est une construction de base dans darktable qui sous-tend toute l'architecture logiciel.

Maintenant tu peux aussi faire comme cela qui serait peut-être plus proche de ce que tu recherches:

1. tu passes par le module de gestion des masques pour créer tes masques
2. tu donnes un nom explicite à tes masques
3. tu ouvres un module et tu sélectionnes le(s) masque(s) à utiliser

Est-ce que cela va mieux avec ta façon de travailler?
--
Pascal - GNU/Debian (sid) - version darktable git/master
http://photos.obry.net
#15
(29-12-17, 14:46)pascal a écrit : Est-ce mieux? Pour toi, peut-être pour tout le monde, je doute. Un logiciel vient avec sa logique, il faut prendre au passer à autre chose. Comme on l'a dit plusieurs fois ici, il faut réaprendre et changer son flux pour bien travailler avec un logiciel. Comparer n'est que rarement une bonne idée Smile

Maintenant tu peux aussi faire comme cela qui serait peut-être plus proche de ce que tu recherches:

1. tu passes par le module de gestion des masques pour créer tes masques
2. tu donnes un nom explicite à tes masques
3. tu ouvres un module et tu sélectionnes le(s) masque(s) à utiliser

Est-ce que cela va mieux avec ta façon de travailler?

C'est marrant, j'avais toujours pensé que c'était le logiciel qui devait s'adapter au flux de travail et pas l'inverse, mais bon je dois être à côté de la plaque... J'ajoute que sous Linux on n'a guère le choix, hélas... Il y a Darktable, RawTherapee (pas de corrections locales) et Corel AfterShop Pro (une daube sans nom), that's all...

Pour ta suggestion, c'est peut-être mieux en effet, j'essaierai...
#16
> C'est marrant, j'avais toujours pensé que c'était le logiciel qui devait s'adapter au flux de travail et pas l'inverse, mais bon je dois être à côté de la plaque...

Sur des logiciels complexes faut pas rêver, je n'ai pas en tête d'exemple ou l'utilisateur ne doit pas faire un pas ou deux dans le bon sens pour s'adapter ou pas et aller voir ailleurs Smile

On peut effectivement enfoncer des clous avec une pelle Smile
--
Pascal - GNU/Debian (sid) - version darktable git/master
http://photos.obry.net
#17
Pour RawTherapee, un module Lab Local est dans une branche développement. J'ai toujours eu du mal avec RawTherapee et s'il n'y avait pas eu les tutos de CaraFife pour me permettre de voir darktable autrement, je serais peut-être encore en train d'essayer de me plier à la logique de RawTherapee car pour lui, il n'y a pas de CaraFife pour expliquer comme s'y prendre.
#18
(29-12-17, 15:22)bibifric05 a écrit :
(29-12-17, 14:46)pascal a écrit : Est-ce mieux? Pour toi, peut-être pour tout le monde, je doute. Un logiciel vient avec sa logique, il faut prendre au passer à autre chose. Comme on l'a dit plusieurs fois ici, il faut réapprendre et changer son flux pour bien travailler avec un logiciel. Comparer n'est que rarement une bonne idée Smile

Maintenant tu peux aussi faire comme cela qui serait peut-être plus proche de ce que tu recherches:

1. tu passes par le module de gestion des masques pour créer tes masques
2. tu donnes un nom explicite à tes masques
3. tu ouvres un module et tu sélectionnes le(s) masque(s) à utiliser

Est-ce que cela va mieux avec ta façon de travailler?

C'est marrant, j'avais toujours pensé que c'était le logiciel qui devait s'adapter au flux de travail et pas l'inverse, mais bon je dois être à côté de la plaque... J'ajoute que sous Linux on n'a guère le choix, hélas... Il y a Darktable, RawTherapee (pas de corrections locales) et Corel AfterShop Pro (une daube sans nom), that's all...

Pour ta suggestion, c'est peut-être mieux en effet, j'essaierai...

@bibifric05

Je suis tes postes concernant DT sur Linuxfr.org depuis plusieurs années et tu sembles ne pas avoir encore compris que DT n'est pas et ne sera jamais LR. Tu n'as de cesse que de remettre en cause la façon dont il a été conçu et le compare sans cesse à LR. Pourquoi une telle perte d'énergie!? Cette remise en cause permanente t'éloignes de ton apprentissage! Adaptes toi au logiciel et apprends comme le font TOUS les autres utilisateurs ou reste sous LR...  Exclamation
"Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour un jour. Apprends-lui à pêcher, tu le nourris pour toujours."
Pop Os! 64 Bits Gnome 3.32 Sony A7 et quelques vieux cailloux...
#19
(29-12-17, 16:00)Carafife a écrit : @bibifric05

Je suis tes postes concernant DT sur Linuxfr.org depuis plusieurs années et tu sembles ne pas avoir encore compris que DT n'est pas et ne sera jamais LR. Tu n'as de cesse que de remettre en cause la façon dont il a été conçu et le compare sans cesse à LR. Pourquoi une telle perte d'énergie!? Cette remise en cause permanente t'éloignes de ton apprentissage! Adaptes toi au logiciel et apprends comme le font TOUS les autres utilisateurs ou reste sous LR...  Exclamation

Ouch ! Ça fait une vingtaine d'années que je développe du logiciel libre et que j'essaie, du mieux que je peux, de me plier aux exigences de mes utilisateurs, lorsqu'elles sont fondées bien sûr. Cependant, je constate que la logique des développeurs du logiciel libre est souvent contraire : adaptez-vous ou cassez-vous ! Cf. les polémiques autour de The Gimp pour l'interface, celles autour de Gnome Shell, celles pour SystemD...

Heureusement, je constate aussi qu'à la longue ce sont les utilisateurs qui ont souvent (pas toujours) le dernier mot, ou au moins qui font bouger les lignes. Dans le cas de Darktable, je ne suis qu'utilisateur et donc je fais mon boulot d'utilisateur : je dis ce qui va et ce qui ne va pas, selon moi... J'imagine que d'autres le font, non ?

Évidemment, ça ne plaît pas aux ayathollas, mais ce n'est pas bien grave... Je rappelle quand même une fois de plus que sous Linux, le choix est mince et donc si l'on veut un dérawtiseur natif avec retouche locale, c'est Darktable et puis voilà...
#20
(29-12-17, 13:47)bibifric05 a écrit : Eh bien, moi je ne travaille pas du tout comme cela... Je fais un editing serré et chaque photo est retouchée individuellement. Donc je commence par les réglages de base (qui sont dans un  seul module chez LR), puis je fais les retouches locales au pinceau (sélection de la zone et application des réglages qui conviennent). Puis j'applique la netteté et éventuellement la réduction de bruit. Je termine souvent par un vignettage, mais pas toujours.

Moi aussi je travaille comme toi, surtout en N&B et j'applique la méthode de pascal...
Citation :1. tu passes par le module de gestion des masques pour créer tes masques
2. tu donnes un nom explicite à tes masques
3. tu ouvres un module et tu sélectionnes le(s) masque(s) à utiliser

...et je trouve cette façon de faire bien plus pratique que sous LR (que j'ai déjà utilisé, mais c'était avant  Smile)


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)