Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Thread Contributor: valmyDifférences ombres et Htes lumières de deux modules
#1
Quelle différence entre le module "Ombres et hautes lumières" et les deux curseurs "Ombres" et "Hautes lumières" du module contraste local ?
Lille. Hauts de France
Distribution Linux : https://getsol.us/home/
Site web : http://www.philippedeletree.fr
Youtube : Darktable


Répondre
#2
Pour ombres et hautes lumières, le principe est assez simple : darktable commence par classer les pixels en 3 : les ombres (luminance inférieure à un seuil), les hautes lumières (luminance supérieure à un seuil), et le reste. On coupe l'histogramme en 3 brutalement, quoi. Ça donne deux masques : un pour les ombres et un pour les hautes lumières. On pourrait booster les ombres et réduire les hautes lumières ici, mais ça provoquerait de très très vilains artefacts (effets de seuils), donc dt fait une deuxième étape : flouter les masques d'ombres et de hautes lumières (deux algos de floutage possibles : gaussien et bilatéral, avec des effets différents). Un pixel sera considéré comme ombre soit s'il était sombre, soit s'il était proche d'une zone sombre (et que donc le floutage du masque a apporté un peu du masque à cet endroit). Ensuite, on booste les pixels du masque d'ombre flouté. Ça marche relativement bien dans beaucoup de cas, mais le floutage de masque gaussien provoque des effets de halos assez visibles sur certaines images, et le floutage bilatéral a tendance à réduire le contraste local et peut « aplatir » l'image. Un intérêt de ce genre d'algos, c'est que c'est très facile à coder (je m'étais amusé à faire une version en 10 lignes de code en utilisant CImg par exemple) ;-).

Le contraste local utilise un algo mathématique bien plus poussé. Il commence par transformer l'image en une somme de plusieurs images (une pyramide de Laplace si on veut sortir les grands mots, cf. https://www.darktable.org/2017/11/local-...-pyramids/), en séparant les différents niveaux de détails dans différentes images. Ensuite, dt fait un traitement des contrastes et des  ombres et hautes lumières sur chacune de ces images, et recombine le résultat. En un sens, ça ressemble à l'algo ci-dessus (vu de loin), mais en agissant sur plusieurs niveaux de détails à la fois, alors qu'au dessus on n'avait qu'un seul rayon de floutage. En général, ces deux curseurs produisent donc beaucoup moins d'artefacts, il faut vraiment les pousser très loin pour avoir des halos visibles.

En bref : les deux ont des effets similaires, mais les maths derrière sont différentes.

Après, rien n'empêche d'utiliser les deux. En général je met un coup de "Ombres et hautes lumières" de base, et je fais les réglages finaux avec "contraste local" (en affichant les zones sous/sur-exposées et en bougeant les curseurs, le résultat est assez impressionnant : on réduit très vite les zones sur/sous-exposées sans créer d'artefacts sur l'image).
Répondre
#3
Belle explication !
Mes photos : jpverrue.fr
Répondre
#4
Je peux comprendre qu'un débutant (j'en "forme" une petite dizaine au club) soit complètement paumé dans les méandres des modules ...
Lille. Hauts de France
Distribution Linux : https://getsol.us/home/
Site web : http://www.philippedeletree.fr
Youtube : Darktable


Répondre
#5
Merci Mathieu pour cette super explication ! Cool
Répondre
#6
(23-03-18, 15:06)valmy a écrit : Je peux comprendre qu'un débutant (j'en "forme" une petite dizaine au club) soit complètement paumé dans les méandres des modules ...

Pas que les débutants Big Grin Big Grin
Répondre
#7
Merci pour cette explication ... Je la mets au chaud
darktable 2.6.3 + darktable 3.0 RC1 + Nikon D7200 + Nikon D3

Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)