Note de ce sujet :
  • Moyenne : 3 (1 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Thread Contributor: JacoTuxMémo d'un workflow filmique
#1
Mémo du flux de travaux (workflow) à utiliser pour filmique.

Petit mémo et notes recueillies au sujet de filmique depuis dt 2.6.0
Sans prétention de détenir la vérité, probablement perfectible, non exhaustif, je le corrigerais selon les remarques, merci de me signaler les erreurs ou omissions.

Les modules actifs par défaut pour les raw avec filmique.
---------------------------
point noir/blanc raw
balance des blancs
reconstruire les hautes lumières
dématriçage
orientation
profil de couleur d’entrée
profil de couleur de sortie
---------------------------

L’ordre d’utilisation des modules est laissé au libre arbitre de l’utilisateur, mais il sera ensuite traité par les divers algorithmes de ces modules (le pixel-pipe) dans un ordre chronologique figé par les concepteurs de dt. L’idéal serait de les activer dans cet ordre pré-établi mais corriger des tâches capteur en début de workflow n’est certainement pas dans les priorités de l’utilisateur, d’où cette liberté offerte.

Il faut être conscient qu’une modification dans un module du début du pixel-pipe peut avoir des répercussions pour ses suivants. Que des modules anciens sont présents pour rétrocompatibilité et peuvent enter en conflit avec de plus récents et plus performants, filmique est de cette dernière catégorie.

Le bon moyen d’éviter de perturber filmique est d’ouvrir le menu contextuel de "plus de modules" qui propose des pré-réglages et choisir un des ateliers mais ne pas utiliser le preset "groupe : modules par défaut", lui, adapté à un flux utilisant courbe de base.

Pour information les modules à bannir dans un flux filmique.
---------------------------
  • courbe de base (*)
  • mappage global des tonalités
  • mappage des tonalités
  • ombres/hautes lumières
A éviter
  • renforcer la netteté (*)
---------------------------
* dt 2.6.2 – modules à désactiver par un pré-réglage avec option appliquer automatiquement… une prochaine version de dt le permettra dans les préférences.

Mémo jusqu’à balance couleur des modules pouvant être activés sans crainte selon besoin ou nécessitant une éventuelle intervention.
---------------------------
  1. balance des blancs (a)
  2. dématriçage (b)
  3. reconstruire hautes lumières (c )
  4. aberrations chromatiques (d)
  5. correction des objectifs (e)
  6. correction des perspectives (f)
  7. recadrer et pivoter (f)
  8. réduction du bruit de profil (g)
  9. exposition (h)
  10. filmique (i)
  11. balance couleur (j)
---------------------------

Commentaires avec liens.
a) Selon besoin, mais attention : dans certains cas il sera utile d’opter pour une balance des blancs neutre.

b) Prendre le dématriçage adapté à son capteur de meilleur qualité possible.

c) Activer/désactiver l’alerte de surexposition raw pour identifier les zones brûlées. Selon étendue et contexte de l’image, les tronquer ou les reconstruire peut donner un meilleur résultat, voir manuel 3.4.1.9

d) Aberrations chromatiques doit être activé (capteurs Bayer) si l'objectif n'est pas reconnu ou pas corrigé pour les aberrations.

e) Activé par défaut avec un pré-réglage sera une tâche dont on aura plus besoin de s’occuper. Un bon moyen aussi avec les capteurs X-Trans pour corriger leurs aberrations chromatiques latérales rouges ou bleues avec les curseurs dédiés. Si présentes filmique à tendance à créer une frange flashy sur ces aberrations.

f) Selon besoin et si nécessaire à faire avant filmique, seule la partie cadrée sera prise en compte et pas que pour lui.

g) Filmique est sensible au bruit. Si le profil boîtier est trop puissant on pourra utiliser les deux instances chroma et luma des pré-réglages disponibles.
Contrairement à une idée reçue vous pouvez avoir un bruit apparent, du coté des ombres,  y compris à la sensibilité native du capteur, par exe. 100 ISO.
C'est le ratio signal / bruit qui compte.

h) D’abord il est important de visualiser les zones sur/sous exposées en sortie du pixel-pipe avec l’icône dédiée (ou touche raccourci « o »)
Ne pas chercher, sans cette alerte, à densifier les noirs à ce stade, ce serait les tronquer pour la suite. Cela indique des pixels aux valeurs nulles voire négatives… ce n’est pas franchement compatible avec l’intervalle borné attendu par les fonctions.
En agissant avec le curseur de niveau de noir on fera en sorte d’éteindre ces zones bleues. Idem avec le curseur exposition du côté des hautes lumières, le tout sans être "border line" à gauche ou à droite de l’histogramme.
On a intérêt à conserver l’alerte pour la suite du développement.

i) A ce stade on va travailler avec filmique.
Sans pré-réglage :
Pipette niveaux automatiques... aka j’ai de la chance, ben non on ne gagne pas tous les jours au loto. Cette méthode est souvent dans le mur avec des photos aux histogrammes tassés à gauche ou à droite, il faut qu’il y ait au moins dans l’image des valeurs proches du noir et du blanc et/ou une BdB plutôt neutre pour que l'automatisme aille bien.
En cas d’échec on remonte aux pipettes luminance du gris moyen et exposition relative du blanc qui fonctionnent plutôt bien sur une plage 13 EV (photo diurne en extérieur)
Pour les autres cas préférer la saisie à la main du % gris moyen selon le tableau ci-dessous (valeurs arrondies de la courbe).
La pipette exposition relative du noir peut être capricieuse et partir dans le mur à -16 EV, signe de bruit dans l’image ou de pixels aux valeurs négatives. Une astuce proposée par rawfiner, dans une vidéo/tuto de la chambre noire version 2.6.2, permet de contourner ce problème en utilisant transitoirement le module réduction de bruit raw avec un seuil de bruit à 0,1... le temps de l'analyse par la pipette pour trouver une expo relative du noir crédible.
Dans ce cas la régler à la main, la somme des valeurs absolues des expositions relatives blancs/noir doit être proche de la plage EV estimée de l’image, ou sa plage dynamique.
Contraste entre 1,5 et 1,6.
Latitude de 25 % à 50 % de la plage dynamique.

Tableau de réglages approchés du gris moyen et de la latitude.
Plage EV / % gris moyen / latitude en EV
  • 9 / 24 / 2,25
  • 10 / 18 / 2,50
  • 11 / 13 / 3,00
  • 12 / 9 / 3,50
  • 13 / 6 / 4,00
  • 14 / 4 / 4,50
  • 15 / 2,8 / 5,00
  • 16 /2,2 / 5,50
  • 17 / 1,8 / 5,80
  • 18 / 1,5 / 6,25

Si la courbe filmique a le c..l par terre le risque est de perdre de la texture dans les noirs, balance ombres/hautes lumières va la redresser et éviter l’écrêtage. Dans tous les cas se conserver une marge d’environ 1EV à droite de l’histogramme sera sécuritaire pour la saturation des teintes des hautes lumières.

Préserver la chrominance, alors, coché ou pas coché... sujet qui fait débat, perso je n'ai pas état d'âme à ce sujet.
En l'état actuel le code filmique a quelques problèmes avec la chrominance lors de l’opération de mappage des tonalités. A priori principalement lorsque les données d’entrée intègrent une dominante de couleur (à confirmer), qu’on va retrouver sur l’un des canaux RGB, il suffit de regarder comment tombe à droite de l’histogramme les canaux RGB pour s’en convaincre.
Ensemble et nous sommes sur une BdB plutôt neutre, le canal rouge qui part devant et c’est des tons chauds, si c’est le bleu des tons froids.
La solution dans ce cas, ne pas cocher préserver la chrominance et laisser à 100 % les deux curseurs associés.
Dans l’autre cas cocher préserver la chrominance, il vous faudra alors dé-saturer à l’entrée avec 70 % et 33 % pour la saturation de luminance extrême.

Régler les problèmes de chrominance de Filmique, voir le mode d'emploi alternatif d'Aurélien Pierre.

Ce problème de saturation peut en générer un autre connexe, que vous allez retrouver dans les hautes lumières avec un filtre dégradé ou zones de couleurs par exemple. Plus d’info ici.

Avec pré-réglages :
Vous avez lu jusqu’ici, vous auriez pu en faire l’économie, l’alternative à cette utilisation partant d’une page blanche est filmique avec un des pré-réglages proposés, les différents curseurs seront positionnés pour vous, ne vous restera qu’à peaufiner.

Il manque des pré-réglages n’associant pas préserver la chrominance, il suffit de décocher et remettre à 100 % les deux curseurs associés. Puis sauvegarder le pré-réglage pour la prochaine fois.

j) Balance couleur est probablement le premier module le plus pertinent à utiliser après filmique. Couteau Suisse pour donner du contraste, supprimer une petite dominante, voire peaufiner une BdB le tout de façon sélective en fonction de la luminance.
Il ne s’agit pas ici de décrire les modules, il est en 3.4.3.9 du manuel.

Quelques modules pertinents pour continuer, objectif utiliser des modules travaillant en RGB du groupe de couleur
égaliseur
zones de couleurs
mixeur de canaux
contraste local
courbe de tonalité (après filmique dans le pipe)
...

La première des références pour le détail des modules est le manuel, lien en gras pour ne pas le louper, le consulter avant de poser une question vous évitera un RTFM par un admin. Et la recherche sur le forum, accès en haut à droite.
Répondre
#2
Félicitation belle synthèse  Wink
Répondre
#3
Excellent et rassurant, merci!
2 questions qui me turlupinent (et pas trouvé de réponse satisfaisante sur le forum) :

- comment estimer la plage dynamique d'une photo? Mon capteur (du nikon D7500) a à priori une plage dynamique de 14 ev, mais quid d'une photo prise au flash en extérieur (sujet à l'ombre, fond au soleil) par exemple?

-la balance couleur me semble un outil redoutable mais franchement j'ai beaucoup de mal à comprendre son utilisation. Sa description dans le manuel est super ardue (pour moi!) et manque d'exemples concrets. POur l'instant je me borne à suivre les recommandations sur le pivot du contraste et le contraste... Si quelqu'un avait envie de faire un tuto video (en 6 ou 7 parties ? Ah ah !) ce serait super bienvenu...
Répondre
#4
Merci
Beau travail Smile
Canon 700D / dt sur linux mint 19.1 cinnamon 
Répondre
#5
(26-03-19, 10:07)fakir64 a écrit : - comment estimer la plage dynamique d'une photo? Mon capteur (du nikon D7500) a à priori une plage dynamique de 14 ev, mais quid d'une photo prise au flash en extérieur (sujet à l'ombre, fond au soleil) par exemple?

-la balance couleur me semble un outil redoutable mais franchement j'ai beaucoup de mal à comprendre son utilisation. Sa description dans le manuel est super ardue (pour moi!) et manque d'exemples concrets. POur l'instant je me borne à suivre les recommandations sur le pivot du contraste et le contraste... Si quelqu'un avait envie de faire un tuto video (en 6 ou 7 parties ? Ah ah !) ce serait super bienvenu...

Je me doutais bien quand parlant de plage dynamique certains feraient le parallèle à leur capteur.
Certes la somme des valeurs absolues des expos relatives NB de filmique peut en théorie atteindre ce que le capteur a comme capacité de plage dynamique native, atteindre et même largement dépasser en jouant avec le curseur de sécurité.
En fait la relation plage dyn. capteur vs plage EV filmique n'est pas directe et le nœud du système est la position de luminance du gris moyen qui va être jugée (par le mode automatique) ou l'un des pré-réglages proposés.
Ce n'est pas pour rien qu’Aurélien a précisé dans ses présets de 09 EV à 18 EV à qu'elle type de photo correspondent ces plages EV qu'il faut adapter à la prise de vue au risque de se retrouver avec un rendu de jour pour une photo prise entre chien et loup.

Personnellement je le fais au doigt mouillé sachant le moment où j'ai pris ma photo... d'où ma tournure de phrase "plage EV estimée de l’image"

Pour une meilleure approche la pipette d'exposition du module éponyme va permettre de le déterminer.
On clique sur la pipette et on cadre une zone dans les plus basses lumières on note la valeur et on recommence sur une zone de hautes lumières, nouvelle valeur et on additionne. Sur ton auto-portrait ça donne 7,12 (ombre dans la porte au-dessus de ta tête) + 1,25 (sélection sur ton front) soit 8,37, au doigt mouillé j'aurai pris 9 EV
Attention pour un paysage avec un ciel cramé, comme le niveau du noir se cale automatiquement, une mesure sur le ciel cramé va donner une valeur proche de zéro... la pipette cherche la bonne expo pour cette sélection sans la trouver, chercher plutôt des zones claires, nuage gris, rochers, façade de maison, etc

Attention à la notion de plage dynamique du capteur, ça ne veut pas dire que tu disposes de cette plage systématiquement, cette plage n'est disponible qu'à sa sensibilité intrinsèque native, 100 ISO semble-t-il pour un D7500. Au-dessus, le signal est amplifié avec pour conséquence une chute régulière de la plage dynamique mais aussi de la plage tonale et de la sensibilité à la couleur, la seule donnée qui ne varie relativement peu c'est le bruit.
Répondre
#6
super ... beau boulot ! Smile Cool Cool
darktable 2.6.2 + darktable 2.7 (master) + Nikon D7200

Répondre
#7
(26-03-19, 10:07)fakir64 a écrit : -la balance couleur me semble un outil redoutable... 

Oups, j'oubliais d'y répondre.
Oui c'est un module très complet, mais ça vaut vraiment le coup de s'y pencher dans la mesure ou il "mouline" en RVB (ou pseudo TSL pour faciliter les choses) il risque d'être dans le tuyau un bon bout de temps. J'admets que manier les couleurs n'est pas très intuitif, avec un peu de pratique on y arrive.
La touche magique qui va corriger toute la photo d'un coup, faire une composition de maître au recadrage, l'exporter selon le goût de l’utilisateur et l'âge du capitaine, n'est pas prête de voir le jour... l'IA ne fera pas de nous des artistes, bien au contraire.

Aurélien dans son direct de Noël (à ~ 1:20) montre l'utilisation de la balance couleur sur un cas concret de portrait.
Répondre
#8
Merci pour le partage.
Répondre
#9
Merci pour ce beau partage JacoTux. Pour ceux qui ne sont pas à l'aise avec filmique, utiliser les pré-réglages et peaufiner est un bon moyen de se l'approprier, comprendre ce que fait chaque réglage (pour ça bouger un réglage à fond à droite et à gauche permet aussi de se rendre compte de ce qu'il fait et de pouvoir mieux l'utiliser ensuite).

Pour la préservation de la chrominance, je l'utilise personnellement souvent, en particulier sur la photo de paysage. Par contre, cette option nécessite systématiquement de baisser la saturation (ce qu'Aurélien a appliqué dans ces pré-réglages). Et pour certaines images, parfois, il est préférable de ne pas utiliser cette option.

Tout est aussi une affaire de regard et d'interprétation. Que cherchez-vous, comment interprétez-vous ce que vous avez vu en vrai et ce que vous voulez rendre sur votre photo ? Et c'est là où, fort heureusement, l'IA n'est pas prêt de nous fournir un bouton "magique". j'espère même ne jamais le connaître, ce serait la voie vers l'uniformisation du traitement. Et comment l'IA pourrait savoir ce que je souhaite montrer par mes photos (toute la partie artistique et intéressante de cette pratique).
Aussi appelé Nilvus !
Ubuntu 19.04 - darktable master - Macbook pro fin 2013 13"
Répondre
#10
(26-03-19, 19:16)nicoauffray a écrit : Pour ceux qui ne sont pas à l'aise avec filmique, utiliser les pré-réglages et peaufiner est un bon moyen de se l'approprier

Tout à fait d'accord mais je ne pouvais faire l'impasse de l'utilisation partant d'une page blanche puisqu'elle est disponible.
Pour gagner du temps je m'étais fait un petit tableau partant de la plage EV et avoir directement une approche du % de gris moyen et de la latitude, mis sur ce partage.
Fait simplement en cherchant ce qui allait bien sur qq photos typées, valeurs reportées sur un graphe de tableur, sachant qu'on a pas à faire à une fonction affine, suffit de lisser la courbe dessinée à partir de qq points, récupérer le % qui va bien pour chaque plage EV et le tour est joué. Procédé similaire pour la latitude... j'étais content quand j'ai constaté à la sortie de la 2.6.2 que les pré-réglages donnaient des valeurs proches Cool
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)