Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Thread Contributor: VolcochDifférence Nef et Jpg sur Z6
#21
(26-02-20, 00:40)aurelienpierre a écrit :
(25-02-20, 20:29)spray a écrit : Mais en studio, avec des flash de couleurs et avec des zones très contrastées à la limite de la surexposition sur un fond noir de chez noir, ça marche beaucoup moins bien ! Peut-être que dt 3.0 considère que mes délires flashs couleurs sont des erreurs à corriger automatiquement, hahaha !

Je ne sais pas ce que tu cherches à faire exactement, mais le pipeline ICC repose sur l'hypothèse fondamentale que ton 100% de luminance est achromatique… donc blanc. Avec des lumières vives et saturées, tu pousses ton image hors de ces conditions, et le redimensionnement de gamut lors des changements d'espaces de couleur risque de très mal se passer. Or darktable 3.0 force ton blanc (100 % de luminance) à être… blanc (0 % de saturation). Donc effectivement, peut-être pas ce que tu cherches, mais en tout cas, c'est tout ce que ton écran sait faire.

Une solution possible est juste de tempérer tes effets colorés/lumineux à la prise de vue en mixant une source blanche pour équilibrer, et de réduire le contraste. Je rappelle que le papier tolère une plage dynamique de 5,6 à 6,6 EV, donc ce n'est pas la peine de s'énerver en studio.

Merci Aurélien pour ta réponse. Ma photo n'est pas que colorée. Le modèle est éclairé de face avec deux flashs blancs (+ 2 flashs bleus sur les cheveux). J'ai bien constaté que le module filmique essayait de compenser l'effet bleu sur les cheveux, avec apparition des vilaines taches. Cette compensation provoque d'ailleurs des résultats inattendus et gênants dans d'autres modules aussi. L'histogramme me montre clairement la compression du bleu (que je ne veux pas). Cela ne semble se produire que si j'utilise filmique avec préservation couleur dans un des deux modes RVB, quels que soient les réglages des curseurs. Par contre j'ai constaté hier que sur Luminance Y c'était mieux.

Je ne veux absolument pas tempérer mes effets colorés, au contraire, et je ne tiens donc pas à réduire le contraste des couleurs ! Je n'imprime pas souvent mes photos et donc je m'en fiche un peu de ce côté là (jamais constaté de souci en tout cas) et comme tu dis je n'ai pas envie de m'énerver en studio, mais par contre je commence à me demander si je vais pouvoir utiliser dt en RVB... 

Question : sachant ce que je viens d'écrire ci dessus (flashs blancs, un fort contraste bleu dans les cheveux, pas de souci à première vue en mode de conservation couleur Luminance Y) est-ce que le problème de tache est tout de même "anormal" et devrait en principe être résolu parmi les bugs corrigés dans dt 3.0.1, ou bien est-ce tout-à-fait normal et donc il n'y a rien à faire ?

Précision/correction : je constate que le module mixeur de canaux en n&b déconne exactement de la même façon sur dt 2.6.3 (windows) avec ou sans filmique. Je ne l'avais jamais remarqué pourtant j'ai utilisé ce module en n&b peau lisse sur d'autres photos studios, mais éclairées différemment. Ce n'est donc pas un nouveau bug. Mais bon, ce n'est pas grave il y a d'autres moyens pour passer en n&b et pour lisser la peau ;-)

Merci d'avance
Yves Bornemann
https://ybphoto.weebly.com/
Linux mint 19.3 sur PC - Windows 10 sur laptop.
Darktable 3.0.1
Nikon Z6 + 24-70mm f/4
Répondre
#22
(26-02-20, 08:03)spray a écrit : Je ne veux absolument pas tempérer mes effets colorés, au contraire, et je ne tiens donc pas à réduire le contraste des couleurs ! Je n'imprime pas souvent mes photos et donc je m'en fiche un peu de ce côté là (jamais constaté de souci en tout cas) et comme tu dis je n'ai pas envie de m'énerver en studio, mais par contre je commence à me demander si je vais pouvoir utiliser dt en RVB... 

Question : sachant ce que je viens d'écrire ci dessus (flashs blancs, un fort contraste bleu dans les cheveux, pas de souci à première vue en mode de conservation couleur Luminance Y) est-ce que le problème de tache est tout de même "anormal" et devrait en principe être résolu parmi les bugs corrigés dans dt 3.0.1, ou bien est-ce tout-à-fait normal et donc il n'y a rien à faire ?

Tu risques de ne pas avoir d'autre choix que tempérer. Ton écran est probablement réglé sur un blanc D65. La valeur RGB { 100%, 100%, 100% } donne un blanc pur, en D65. Si tu as des hautes lumières bleues, leur valeur RGB théorique (attendue) va être { 100%, 100%, 150%). Or ton écran, ton imprimante, n'importe quoi, écrête à 100 % (technologiquement, c'est la limite). Les tache grises au milieu du bleu sont un écrêtage de gamut brutal. Ce n'est pas un bug, c'est comme ça que c'est censé marcher.

Si tu veux préserver cet équilibre de saturation (50 % plus de bleu que du reste), à ce moment là il va falloir réduire la luminosité, par exemple { 50%, 50%, 100% }. C'est le mappage de gamut avec intention "saturation", dans le logiciel, mais comme tu es en studio, tu peux l'ajuster directement en équilibrant tes flashs blancs et bleus.

Ce que tu veux faire ou pas doit quand même tenir compte des limites physique du matos. Surtout en studio, un fort contraste ne sert à rien, d'ailleurs on passe tout notre temps à se battre contre le contraste en paysage. C'est beaucoup plus facile d'ajouter du contraste en logiciel que d'essayer d'en enlever, surtout si tu travailles au limites du gamut.
Aurélien, photographe portraitiste, spécialiste calcul.
Développeur de filmique, égaliseur de tons, balance couleur, etc.
darktable est mon métier, pensez à m'aider :
[Image: 2FAd4rc]
Répondre
#23
(26-02-20, 14:22)aurelienpierre a écrit : Tu risques de ne pas avoir d'autre choix que tempérer. Ton écran est probablement réglé sur un blanc D65. La valeur RGB { 100%, 100%, 100% } donne un blanc pur, en D65. Si tu as des hautes lumières bleues, leur valeur RGB théorique (attendue) va être { 100%, 100%, 150%). Or ton écran, ton imprimante, n'importe quoi, écrête à 100 % (technologiquement, c'est la limite). Les tache grises au milieu du bleu sont un écrêtage de gamut brutal. Ce n'est pas un bug, c'est comme ça que c'est censé marcher.

Si tu veux préserver cet équilibre de saturation (50 % plus de bleu que du reste), à ce moment là il va falloir réduire la luminosité, par exemple { 50%, 50%, 100% }. C'est le mappage de gamut avec intention "saturation", dans le logiciel, mais comme tu es en studio, tu peux l'ajuster directement en équilibrant tes flashs blancs et bleus.

Ce que tu veux faire ou pas doit quand même tenir compte des limites physique du matos. Surtout en studio, un fort contraste ne sert à rien, d'ailleurs on passe tout notre temps à se battre contre le contraste en paysage. C'est beaucoup plus facile d'ajouter du contraste en logiciel que d'essayer d'en enlever, surtout si tu travailles au limites du gamut.

Ah donc ce gris serait dû aux écrans, qui écrêteraient toujours au delà de 100% ? Pourtant lorsque je pousse le curseur d'exposition d'un module beaucoup trop haut, j'obtiens du blanc, jamais du gris, sauf quand j'utilise filmique avec un mode de préservation couleur RVB.

J'avoue que je préfère nettement une surexposition blanche plutôt que grise ;-)  Ce serait plus facile de gérer de tels soucis en post-traitement plutôt qu'avec des réglages préalables de flashs, surtout que les histogrammes et l'avertisseur d'écrêtage du boîtier n'indiquent pas de problème. Bref, ne serait-il pas  préférable de limiter dans filmique aussi lorsque la valeur d'une composante RVB atteint 100% ? Peut-être une question stupide si c'est contraire au principe même d'un traitement basé sur la préservation des canaux RVB... Ou pas si stupide que ça ?

Sinon, oui OK on pourrait cocher "non" à la préservation couleur, mais c'est quelque part illogique puisque ce serait en disant non que (dans mon cas) on préserverait la couleur... :-)
Yves Bornemann
https://ybphoto.weebly.com/
Linux mint 19.3 sur PC - Windows 10 sur laptop.
Darktable 3.0.1
Nikon Z6 + 24-70mm f/4
Répondre
#24
Les gris est dû à filmique, qui applique une correction qui tient compte des limites de nos systèmes d'imagerie (écran, imprimante) pour contrôler le mappage de gamut en interne, plutôt que d'envoyer n'importe quoi au système d'imagerie, et de le laisser s'arranger.

Le mode de préservation des couleurs "max RGB" n'est probablement pas indiqué pour des bleus sursaturés ET lumineux, si luminance Y marche mieux, va pour ça.

De même, filmique impose une saturation de 5% aux extrémités, tu peux relaxer cette contrainte en laissant une saturation de 25% ou plus (à tes risques et périls). Tout est paramétrique dans filmique, il suffit juste d'ajuster les bons curseurs.

Sinon, la préservation de couleur, dans filmique, n'est pas une préservation de couleur. En anglais, je l'avais appelée "chroma preservation", c'est à dire préservation de la chromaticité, qui est la coordonnée spectrale physique du signal. En gros, on essaye de préserver les longueurs d'ondes en ajustant l'énergie lumineuse. Or il n'y a pas une correspondance immédiate entre longueur d'onde et couleur, en vision humaine.

(Note pour Pascal : il faudrait peut-être changer cette traduction).
Aurélien, photographe portraitiste, spécialiste calcul.
Développeur de filmique, égaliseur de tons, balance couleur, etc.
darktable est mon métier, pensez à m'aider :
[Image: 2FAd4rc]
Répondre
#25
(26-02-20, 17:36)aurelienpierre a écrit : Les gris est dû à filmique, qui applique une correction qui tient compte des limites de nos systèmes d'imagerie (écran, imprimante) pour contrôler le mappage de gamut en interne, plutôt que d'envoyer n'importe quoi au système d'imagerie, et de le laisser s'arranger.

Le mode de préservation des couleurs "max RGB" n'est probablement pas indiqué pour des bleus sursaturés ET lumineux, si luminance Y marche mieux, va pour ça.

De même, filmique impose une saturation de 5% aux extrémités, tu peux relaxer cette contrainte en laissant une saturation de 25% ou plus (à tes risques et périls). Tout est paramétrique dans filmique, il suffit juste d'ajuster les bons curseurs.

Sinon, la préservation de couleur, dans filmique, n'est pas une préservation de couleur. En anglais, je l'avais appelée "chroma preservation", c'est à dire préservation de la chromaticité, qui est la coordonnée spectrale physique du signal. En gros, on essaye de préserver les longueurs d'ondes en ajustant l'énergie lumineuse. Or il n'y a pas une correspondance immédiate entre longueur d'onde et couleur, en vision humaine.

(Note pour Pascal : il faudrait peut-être changer cette traduction).

OK merci Aurélien pour ces précisions. Tout est clair à présent (sauf le gris hahaha) Tongue
Yves Bornemann
https://ybphoto.weebly.com/
Linux mint 19.3 sur PC - Windows 10 sur laptop.
Darktable 3.0.1
Nikon Z6 + 24-70mm f/4
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)