Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Mon workflow minimaliste pour le noir et blanc
#1
Bonjour à tous,

Voici ma première contribution au forum. J'ignore si elle sera pertinente (ni si elle est postée à l'endroit le plus adéquat). J'espère qu'elle pourra être utile.


CONTEXTE :

J'ai récemment réaliser un reportage photo à la demande d'une compagnie de théâtre. Une journée entière, des réunions du matin, aux répétitions de la journée, jusqu'aux restitutions avec le public le soir.
Le tout avait lieu dans des sous-sols aménagés, éclairés aux néons. Il en résulte des couleurs très peu flatteuses. En revanche, les lumières dures, les ombres très présentes, les contrastes importants, les textures des pierres apparentes qui s'opposent à certains drapés de rideaux ou de tenues, toutes ces raisons m'ont fait opter pour un traitement en noir et blanc, dès la prise de vue, à partir de la mi-journée.

Après avoir tatonné en entraînement sur quelques clichés, j'ai trouvé un flux de de travail qui m'apporte des résultats que je juge satisfaisants, et que je vous livre ici :


I - TRAITEMENT TECHNIQUE

Je l'effectue toujours dans cet ordre :

1 - correction des objectifs

2 - redresser et recadrer : modules rotation et perspective ; module recadrer

3 - passage en noir et blanc : module calibration des couleurs, preset ILFORD DELTA 100 (j'aime aussi beaucoup le rendu de l'ILFORD FP4+)

4 - régler l'exposition : module exposition ; pour ce faire, j'aime procéder de la manière suivante : assombrir complètement la photo, puis remonter l'exposition jusqu'à obtenir une lisibilité satisfaisante ; j'obtiens un rendu un peu low key, que j'apprécie

5 - traitement du bruit : module réduction bruit (profil) ; j'opte pour la méthode moyennes non-locales qui agit sur le bruit de luminance ; si un bruit trop gênant subsiste dans les ombres, j'ajuste préserver les ombres ; à ce stade, j'évite de zoomer à fond dans l'image pour éviter les traitements trop agressifs

6 - module filmique ; blancs, noirs, reconstruire les hautes lumières si besoin, contraste, enfin vous connaissez, l'idée étant d'avoir à l'issue de cette étape une image la plus propre et lisible possible


II - TRAITEMENT ARTISTIQUE


7 - TEMPS D'ANALYSE : qu'est-ce-que je veux modifier ? Est-ce-que je conserve assez de détails dans les ombres ? La photo est-elle fade ? L'équilibre entre les différents niveaux de gris est-il satisfaisant ? Mon sujet se détache-t-il suffisamment ? A ce stade, l'ordre du traitement, et les modules utilisés, peuvent varier. Dans l'idée, j'essaie de limiter le nombre de modules employés pour la suite

8 - si problème de lisibilité dans les ombres, après avoir contrasté dans filmique, ou pour venir rajouter un peu de contraste : module balance des couleurs RVB => 4 voies ; je vais jouer sur le lift des ombres pour regagner en lisibilité, et sur le gains hautes lumières pour ajuster plus finement le contraste

9 - rééquilibrer les niveaux de gris, sculpter, redonner du contraste localement : module égaliseur de tons ; celui-là, j'essaie de l'utiliser avec parcimonie, et le moins souvent possible ; l'outil est très puissant, et je dois avouer que je le maîtrise assez mal, si bien que j'arrive rarement à obtenir le résultat que j'ai en tête ; il faudrait que je me penche encore davantage dessus, en le couplant notamment à l'utilisation de masques ; lorsque je l'emploie, je modère toujours l'effet en jouant sur l'opacité

10 - dodge and burn, mise en valeur du sujet, etc. : plusieurs instances du module exposition, en utilisant les masques radiaux et / ou gradués, ou encore l'astuce donnée par Aurélien Pierre qui consiste à utiliser une exposition en mode de fusion multiplier, placée avant l'exposition générale, pour faire du dodge and burn sur les visages

11 - étape finale , rajouter du volume : module diffusion ou netteté => preset contraste local rapide ; j'ajuste ensuite les zones sombres en ajustant le seuil des bords ; REMARQUE : je n'utilise pas le module contraste local, dont je déteste les résultats obtenus, qu'importe les ajustements ; peut-être l'utilise-je mal, mais je trouve les résultats meilleurs avec le module diffusion ou netteté


REMARQUE : au cours de ces étapes, j'essaie de m'affranchir de plus en plus de l'outil zones tronqués ; j'avais tendance à beaucoup l'utiliser, à garder l'oeil rivé dessus à chaque étape, et peut-être à surintellectualiser, voir psychoter. Désormais j'essaie surtout de me fier à ce que j'ai sous les yeux en premier lieux, et afficher les zones tronquées uniquement si j'ai l'impression d'un problème dans l'image, uniquement comme outil supplémentaire d'analyse.


J'espère que le tout pourra être utile. L'idée est d'essayer de limiter le nombre de module employés, et d'aboutir à un résultat qui reste naturel et non caricatural. N'hésitez pas à me signaler si vous voyez des choses qui vous semblent peu pertinentes ou incohérentes.
Répondre
#2
Bonjour,
très sympa de nous ouvrir la porte de ton labo.
Avoir un tel résumé est intéressant, utile pour construire ou repenser son propre flux de travail.
- numérique & argentique, du compact 1" au 645
- labo : darktable 4.4.0 >> Ansel ou ART
- catalogage : Digikam
Répondre
#3
Bonjour,
Merci pour ce partage très aidant.
J'ai en très grande partie le même flux de travail en noir et blanc.
En couleur, j'utilise principalement le module "Balance couleur RVB".
Très bonne journée.
Répondre
#4
Bonjour Battosai,

Deux remarques :
Citation :module égaliseur de tons ; celui-là, j'essaie de l'utiliser avec parcimonie, et le moins souvent possible ; l'outil est très puissant, et je dois avouer que je le maîtrise assez mal, si bien que j'arrive rarement à obtenir le résultat que j'ai en tête ; il faudrait que je me penche encore davantage dessus, en le couplant notamment à l'utilisation de masques

Je ne vois pas l'intérêt que tu aurais à passer par des masques. Je ne suis pas utilisateur de ce module, mais il me semble qu'il intègre ses propres masques. Je serai curieux de comprendre.

Citation :je n'utilise pas le module contraste local, dont je déteste les résultats obtenus, qu'importe les ajustements

Etonnant, car au moins sur ce module il est possible de contrôler son action, alors qu'avec "diffusion ou netteté", à part appliquer l'un des préréglages proposés, je ne suis jamais parvenu à faire ce que je voulais. Qu'est qui t'amène à choisir ce dernier ?
Répondre
#5
(26-06-23, 12:21)Thomas Wak a écrit : Bonjour Battosai,

Deux remarques :
Citation :module égaliseur de tons ; celui-là, j'essaie de l'utiliser avec parcimonie, et le moins souvent possible ; l'outil est très puissant, et je dois avouer que je le maîtrise assez mal, si bien que j'arrive rarement à obtenir le résultat que j'ai en tête ; il faudrait que je me penche encore davantage dessus, en le couplant notamment à l'utilisation de masques

Je ne vois pas l'intérêt que tu aurais à passer par des masques. Je ne suis pas utilisateur de ce module, mais il me semble qu'il intègre ses propres masques. Je serai curieux de comprendre.

Citation :je n'utilise pas le module contraste local, dont je déteste les résultats obtenus, qu'importe les ajustements

Etonnant, car au moins sur ce module il est possible de contrôler son action, alors qu'avec "diffusion ou netteté", à part appliquer l'un des préréglages proposés, je ne suis jamais parvenu à faire ce que je voulais. Qu'est qui t'amène à choisir ce dernier ?

Bonsoir Thomas,

Je comprends tes remarques.

En ce qui concerne l'égaliseur de ton, il fonctionne effectivement avec son masque de post-traitement qu'il faut paramétrer. En me relisant, je m'aperçois que ma formulation n'est pas tout à fait correcte : j'utilise énormément ce module, mais je regarde avant ce que donneraient des retouches de tonalité avec balance couleur rvb, simplement en jouant avec les ombres et les hautes lumières.

La difficulté avec l'égaliseur de ton peut venir de ce qu'une photo comporte des tons trop proches sur plusieurs des éléments qui la composent. Exemple un peu simpliste pour la démonstration : un sujet, devant un mur. Imaginons que je veuille éclaircir la peau de mon sujet, pour augmenter le contraste entre sa peau et ses vêtements, sans affecter la tonalité du mur. Imaginons maintenant que le module me donne la même mesure pour mes deux éléments, par exemple -2 IL. Si je cherche à éclaircir la peau via ce module, je vais me retrouver à éclaircir également le mur dont la tonalité de départ me convenait.

D'où l'idée de coupler ce module avec un masque dessiné par exemple, pour discriminer plus finement les éléments qui m'intéressent dans l'image.

Concernant le module contraste local maintenant, et bien je n'aime tout simplement pas le résultat. Je ne dis pas que c'est un mauvais module, simplement que les résultats qu'il produit ne sont pas à mon goût. Même si le module dispose de plusieurs paramètres avec lesquels jouer, sans compter ses deux modes ainsi que la possibilité de modérer l'effet avec l'opacité.

Sur un noir et blanc je ne vais pas spécialement chercher à gagner en netteté, ce que contraste local fait très bien, mais plutôt à donner du volume, ce que diffusion et netteté fait mieux je trouve. Pour contrôler l'effet, je m'occupe simplement de jouer avec le seuil des bords, ou avec l'opacité, ce qui revient finalement au même.
Répondre
#6
Citation :j'utilise énormément ce module, mais je regarde avant ce que donneraient des retouches de tonalité avec balance couleur rvb, simplement en jouant avec les ombres et les hautes lumières.
N'est ce pas un peu redondant ? 
L'un des avantages de "Balance de couleurs RVB", c'est de regrouper une grosse partie des réglages fins en un seul module. Cela donne, je trouve, beaucoup de souplesse et de possibilités, que ce soit sur la couleur ou sur la luminosité. Où se trouve l'intérêt de coupler avec l'égaliseur de ton ?

Citation :Pour contrôler l'effet, je m'occupe simplement de jouer avec le seuil des bords, ou avec l'opacité, ce qui revient finalement au même.
... ça mérite réflexion et essai.
Répondre
#7
Je n'utilise pas les deux modules, mais soit l'un, soit l'autre. Je commence par balance couleur rvb et, si le résultat ne correspond pas exactement à ce que je cherche à obtenir, alors je décide d'employer l'égaliseur de ton. Wink
Répondre
#8
Hello,

J'avais partagé ma façon de travailler le noir et blanc (ici https://forums.darktable.fr/showthread.php?tid=5929)
Depuis, ma méthode a évolué. Je n'oublie pas filmique, mais vite fait (la plupart du temps, les pipettes font merveille, sinon je teste avec des clones). Je n'utilise l'égalisateur des tons que ponctuellement (masques dessinés), en fin de post-traitement, généralement pour récupérer des zones trop claires. C'est un module puissant, mais aux réactions surprenantes. J'utilise balance couleur RVB, en quelques clics. Venant du labo argentique, je pense aussi volontiers à faire plusieurs expositions (masques dessinés). Et je désactive par défaut la correction des objectifs (qui rétrécit mon cadrage), quand les déformations de perpective nécessitent une règle pour être relevées.
projet actuel, en images qui bougent : https://youtu.be/IGyEV98sebE
Répondre
#9
Merci pour le partage, c'est hyper intéressant de lire ta méthode.

Le coup des filtres de couleur, je n'y avais pas pensé, alors que je l'utilise beaucoup sur Snapseed en retouche de photos prises au smartphone.

J'ai également été regarder ta série Où suis-je né, désormais ?, super boulot, et le rendu de tes N&B est magnifique.
Répondre
#10
(30-06-23, 08:07)Battosai a écrit : Merci pour le partage, c'est hyper intéressant de lire ta méthode.

Le coup des filtres de couleur, je n'y avais pas pensé, alors que je l'utilise beaucoup sur Snapseed en retouche de photos prises au smartphone.

J'ai également été regarder ta série Où suis-je né, désormais ?, super boulot, et le rendu de tes N&B est magnifique.
Merci…
projet actuel, en images qui bougent : https://youtu.be/IGyEV98sebE
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)