Forum darktable FR

Version complète : À l'attention des nouveaux utilisateurs de darktable
Vous consultez actuellement la version basse qualité d’un document. Voir la version complète avec le bon formatage.
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Avec toutes mes excuses JPG54 mon doigt à tutoyer la mauvaise touche Wink
Purée, t'as de gros doigts. Wink Big Grin
@photard26 : Pas de problème. C'est juste une demande du créateur de darktable.

Envoyé de mon Nexus 10 en utilisant Tapatalk
(08-02-18, 18:23)Pat5770 a écrit : [ -> ]Je n'avais pas lu cette envolée lyrique d'Aurélien Pierre ( c'est de l'humour ). Je la trouve très juste et très en phase avec ce que je pense, ancien utilisateur Adobe ( LR et PS ) et sous W10, il me semble normal que l'on soit quelque peu déboussolé quand on change de logiciel et si on ne veut pas passer par cette phase on reste avec Mr Adobe ( Hahaaaa ). N'ayant plus des neurones et des synapes de 35 ans, mais plutôt du double il me faut un peu plus de temps d'adaptation mais je fais avec.
Si on veut changer de logiciel, la question à se poser est : il me manque quoi , et avec darktable, si on est logique, on a plutôt plus. Après il faut revoir son mode de fonctionnement. Pour avoir testé divers logiciels, on se rend vite compte que ce fameux LR est loin d'être le top logiciel tant vanté. Quand aux journalistes et autres " youtubeurs ", il est certain que nombre d'entre-eux éructent ou écrivent des conneries avec un aplomb qui frise l'insolence. Preuve de leur niveau de connaissance, pardon je voulais dire d'incompétence :-)
Alors un peu de patience, un peu d'investissement, un peu de demande d'aide et surtout de l'expérimentation feront que le passage s'opérera dans la joie et la bonne humeur.
Encore un grand MERCI à toutes les développeurs, créateurs de tutos et aux personnes qui répondent à nos interrogations

Je commence moi aussi à apprendre beaucoup moins bien qu'avant, et je n'ai pas 30 ans. Mais je pense que la raison est d'avantage une forme de paresse intellectuelle qui vise à utiliser et à rentabiliser mes connaissances actuelles pour éviter de courir continuellement après de nouvelles compétences sans bénéfice immédiat (un postulat d'efficacité, en somme). À un moment, il faut que le boulot avance, et ça ne peut pas se faire si l'on passe son temps à apprendre continuellement de nouveaux outils. L'efficacité, c'est mettre en pratique ce qu'on sait déjà faire.

Du coup, je suis convaincu que les difficultés d'apprentissage des seniors sont aussi un manque de motivation dû à une capitalisation sur l'expérience. Quand on est jeune, on n'a rien à capitaliser, on n'a pas le choix d'apprendre. Quand on a de l'expérience, on peut choisir entre apprendre ou s'enfermer dans ses réflexes immédiatement utilisables. En ingénieurie/R&D, j'ai réussi à mener à bien des projets que des vieux ingénieurs expérimentés jugeaient impossibles. L'expérience est une arme à double tranchant, parce que c'est toujours un a priori, et que chercher à s'y ramener continuellement peut faire gagner du temps mais aussi manquer des nouveautés qui rendent possibles aujourd'hui des choses impossibles la dernière fois qu'on avait essayé. Et parfois, on perd plus de temps à essayer de régler de nouveaux défis en se ramenant à un problème similaire déjà traité par le passé qu'à analyser ce nouveau problème de façon neuve et détachée de ses a priori.

Mais bon, c'est vrai aussi qu'apprendre… ça s'apprend, et ça s'exerce. Bref, c'est un peu hors-sujet, mais pas tellement en fait. Ce que j'ai constaté aussi en enseignant la bureautique à des seniors, c'est que beaucoup ne supportent pas de perdre l'ascendant et le pouvoir en étant remis en position d'élève « qui ne sait pas », et au final c'est surtout un problème d'ego (comme 80 % des problèmsr humains).

La morale de tout ça, c'est « courage ! ». Le cerveau humain est plein de surprises, et l'âge est plus une excuse qu'une limite.

(08-02-18, 15:54)Centaure a écrit : [ -> ]Bonjour,
Je n'avais pas encore lu cet article sur"A l'intention des nouveaux utilisateurs de Darktable".

Je me sens un peu concerné pas pour Darktable, mais pour Linux où j'ai mis à contribution JPG56 dès le début, sans vraiment lire la nombreuse littérature de Linux et d'Ubuntu.
En ce qui concerne Darktable, j'ai d'abord cherché à le comparer avec LR. Mais après avoir visionné les Tutos de Carafife j'ai bien compris que je changeais de cour de Jeu, de la classe primaire je passais dans la  classe pré-bac.
Petit à petit l'oiseau fait son Nid, avec DT c'est pareil il faut bien comprendre les différents modules de la table développement pour arriver à faire son Workflow et la démarche de OuiOOuiphoto est très intéressante a suivre.
Elle me permettra de voir si je n'ai pas oublié une étape.
Ce qui est une certitude à ce jour c'est que j'en ai fini avec Microsoft (sauf pour un cas) et que Lightroom c'est du passé et que l'utilisation bête et méchante d'un logiciel c'est fini.
J'ai l'impression de me retrouver étudiant, il y a plus de 40 ans, quand j'ai commencé l'informatique avec le FORTRAN IV et ces piles de fiches perforées.
Ou avec le DOS des débuts de l'informatique de BUREAU où il fallait encore comprendre ce que l'on faisait et écrivait pour que cela marche.
L'arrivée de Microsoft sur le marché a déclenché un mouvement de feignantise des gens comme moi, plus de prise de tête et on verse progressivement dans la facilité et on oublie le fait qu'il faut se casser la tête  et se remettre en cause pour ne pas devenir un "mouton de Panurge".
Cela m'a fait énormément de bien d'arriver dans la communauté Linux et celle de Darktable pour me remettre en question et progressivement je vais continué avec GIMP, HUGINS et d'autres logiciel où il faut travailler avec sa tête pour bien progresser.
Voilà c'était mon petit mot de ce jour sur le "coup de gueule" d'Aurélienpierre.

Merci Aurélien

Je partage globalement cette analyse (le développement de la fénéantise généralisée), et merci pour ce retour, mais j'ajouterais quand même un bémol à ça… S'il fallait que l'on ait une compréhension technique approfondie de tous les outils qu'on utilise (voiture, ordinateur, frigo, machine à laver, TV, modem, routeur Wifi, téléphone, etc.), on passerait 20 ans à étudier les bases de tout, sans pour autant savoir rien faire avec. Même moi, ayant eu des cours allant de l'atomistique quantique à la résistance des matériaux, en passant par la thermo-fluidique, les méthodes d'analyse numériques et la chimie analytique, je ne suis compétent en génie mécanique que sur un petit nombre de problèmes précis, liés à la métrologie et à la thermo-fluidique (et aux calculs qui en découlent). Et il y a plein de spécialités du génie mécanique dans lesquelles je ne m'aventurerais pas sans approfondissement préalable, de peur de dire des âneries, même si j'ai eu des cours dessus.

La puissance de l'informatique, c'est d'automatiser des tâches répétitives. Partant de là, c'est aux ingénieurs de rendre accessibles leurs outils aux utilisateurs, si possible en leur évitant un maximum de soucis techniques (donc en les résolvant à l'avance pour eux).

Après ça, certains outils sont conçus par des ingénieurs pour des ingénieurs, avec des fonctionnalités plus souples, plus puissantes, mais plus complexes que celles des logiciels « grand-public ». Et puis d'autres outils sont conçus pour des « power-users », des utilisateurs avancés qui, sans forcément appréhender la théorie en amont, maîtrisent la technique. Enfin, certains outils sont dédiés aux parfaits incompétents, qui veulent juste s'amuser ou réaliser des tâches de base avec un nombre restreint d'options compréhensibles. L'important, c'est que chacun y trouve son compte selon son niveau et ses attentes (et ajuste ses attentes selon son niveau…). Par analogie, on peut faire voler un Cessna ou un Piper après quelques dizaines d'heures de cours de pilotage, mais il faut plusieurs centaines d'heures pour être autorisé à prendre un Airbus A-320 ou A-380, plus de la formation continue. L'étendue du tableau de bord de ces différents avions renseigne immédiatement sur le public habilité à le faire voler : ingénieur de l'ENAC/SupAéro ou amateur breveté…

Partant de là, pour moi, darktable se classe dans les logiciels pour « power-users », et le plus important est de l'afficher pour éviter la publicité abusive et les attentes frustrées.
@Pat5770: "Si on veut changer de logiciel, la question à se poser est : il me manque quoi , et avec darktable, si on est logique, on a plutôt plus. Après il faut revoir son mode de fonctionnement. Pour avoir testé divers logiciels, on se rend vite compte que ce fameux LR est loin d'être le top logiciel tant vanté. "
Il y a notre ami de Oui-Oui-Photo (https://www.ouiouiphoto.fr/Wp/?author=2) justement qui nous fait part de cette analyse qu'il se pose à lui même actuellement (rubrique " De Lightroom à darktable 0x)
Je trouve sa démarche constructive et sans apriori.
Avec cette vidéo on commence à entrer dans le concret! Un peu court mais cela permet de voir l'étendu des possibilités.
Aurélien, quand je te trouve à 4-5 H (heure locale à Montréal) à bosser sur la déconvolution ou autres, tu appelles ça comment ?
(09-02-18, 09:50)jpg54 a écrit : [ -> ]Aurélien, quand je te trouve à 4-5 H (heure locale à Montréal) à bosser sur la déconvolution ou autres, tu appelles ça comment ?

de la rage Smile
je suis désolé, pour moi, ancien utilisateur de LR et très récent utilisateur de darktable , cette comparaison n'est pas objective. Je m'explique : pour exemple le module zone de couleurs, ne pas s'intéresser au 4 icônes en haut à gauche est la preuve d'un survol pour le moins très léger du module. Ensuite dire à plusieurs reprises " on verra quand je serai dans PS " veut tout simplement dire que LR n'est pas capable de faire ce que fait darktable et que sans LR + PS, il n'a pas la possibilité des résultats attendus.
Conclusion, LR seul n'est pas aussi performant que darktable
@Pat5770, je pense que ton message et sur le mauvais post Smile

Sinon, je suis d'accord avec toi.
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10